• Innacceptable: Kermouster a perdu sa fleur!

    Alors que nous nous apprêtions à discourir sur les vertus d’un cochon grillé, mets croustillant d’un regroupement amical, comme ce fut le cas récemment avec Chemins et Patrimoine dans le jardin d’un adhérent kermoustérien, puis, vendredi dernier avec l’Amicale des Plaisanciers, sur le parking de l’île à Bois, un événement regrettable est venu briser la bonne humeur du moment. Quelle n’a pas été notre surprise de constater que le panneau soulignant l’aspect fleuri du hameau et, plus généralement, de la Commune, a subi, cette fois, un véritable « outrage ».

    Autant, la première fois, courant 2016, cela nous avez fait sourire, ne pouvant qu’apprécier l’humour de l’auteur du « délit », autant cette fois nous nous devons de lui dire qu’il a, selon nous, poussé trop loin le bouchon. Il a visiblement oublié le bon sens de l’adage selon lequel les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures. Car il ne fait aucun doute : celui ou celle qui avait ajouté quatre fleurs sur le panneau est la même personne que celle qui vient de faire perdre au village celle qui couronnait les efforts accomplis pour cet embellissement floral. Pas besoin de diligenter la Gendarmerie et ses experts pour s’en convaincre.

    En ajoutant quatre fleurs, notre « tagueur » avait reçu l’assentiment implicite des Kermoustériens pour lesquels le hameau n’avait pas besoin d’attendre des années supplémentaires pour obtenir la distinction suprême, la fleur d’or. Là, il s’agit d’autre chose. En faisant disparaître la première fleur rouge, il est passé du stade de la dérision acceptable à celui de la provocation inutile, voire discourtoise vis-à-vis de ses concitoyens.

    On est en droit de ne pas être d’accord avec ces systèmes de distinctions qui ont germé au cours des dernières décennies. D’aucuns peuvent considérer qu’il y a d’autres priorités, plus fondamentales, pour redonner de la vie et de la couleur à notre environnement. Mais le fait est là. L’assise populaire de ces initiatives est solidement établie. Elle s’est renforcée dans le temps

     La France n’a pas attendu Stéphane Bern, l’animateur emblématique et multicarte de la télévision du service public, pour agrémenter ses paysages. Le concept des Villes et villages fleuris remonte au début des années 1950. Au démarrage de cette opération, le Touring Club. Il s’agissait alors de redonner tout son charme à un  pays sortant des décombre. Avec Les plus beaux villages de France, nous en étions au début des années 1980.  Le village préféré des Français de Stéphane Bern vient « seulement » de fêter son 6ème anniversaire. Mais notre « guide du beau » n’a visiblement pas du mouron à se faire. Ce fringant cinquantenaire est assuré de son avenir médiatique. Il surfe sur une vague qui ne cesse de grossir. Le nombre des  villages préférés va s’étoffer au fil des ans. Qui sait si un jour Kermouster ne décrochera pas la timbale ?  Nous verrions alors le panneau ci-dessous s’afficher aux côtés de celui des Villes et villages fleuris « réhabilité ». On peut y penser, même si pour nous, fleurs ou pas, le village préféré des Français doit avant tout rester le leur. 

    Innacceptable: Kermouster a perdu sa fleur!

     


  • Commentaires

    1
    Jr
    Jeudi 13 Juillet à 23:42
    Nous, les auteurs de ce qui n était un blague ( avec utilisation d autocollants facile à retirer) n avons strictement rien à voir avec cet acte de vandalisme et nous le condamnons !!!!!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :