• Quand on ne sait plus à quel saint se vouer!

    « L’arroseur arrosé ». On pourrait ainsi légender cette photo prise « à l’insu de notre plein gré ». Somme toute, un juste retour de balancier puisque, pour notre part, nous surfons allègrement sur ce blog avec les règles du droit à l’image. L’auteure de cet instantané peut en témoigner. Mais nous ne doutons pas de la bonne intention qui l’a poussée à nous faire parvenir ce cliché. Un geste amical, non accompagné d’une demande d’insertion.

     Si nous la publions, c’est que cette photo  a, outre ses qualités évidentes, le mérite de saisir « un état d’âme ». Notre photographe a-t-elle sciemment  appuyé sur le bouton du déclencheur pour saisir cet état de fait ? Ou bien s’agit-il simplement d’un geste réflexe ? Qu’importe ! Le résultat est là et, une fois n’est pas coutume, nous saisissons ce retour d’image explicite sur notre personne  pour faire amende honorable.  

     On a beau avoir dit et redit que ce blog ne fonctionne qu’au gré de l’humeur du jour, le reproche de ne pas avoir été « au top » tout au long de cette quinzaine gâchait quelque peu, à cet instant, le plaisir qu’était le nôtre. Les Canards à l’orange, un groupe musical de la 12ème édition du Trieux Tonic Blues, nous faisaient l’honneur d’une escale, le jeudi 10 mai, à même la terrasse de La Cambuse. Leur talent n’aura pas suffi à chasser les affres d’un blues intérieur par trop envahissant. Explication !

     Tombés des nues le jour de la Saint Pacôme

    Si le carburant premier de ce blog, c’est, comme cela vient d’être rappelé, l’humeur du jour, on aime cependant ne pas rater ces petits faits qui irriguent et illustrent de la plus belle manière qui soit le vivre ensemble. Or, nous sommes tombés des nues en apprenant que les chemins du hameau avaient fait l’objet d’un grand toilettage, le mercredi 9 mai. Une initiative de l’association Chemins et Patrimoine qui a, rappelons-le, un Kermoustérien pour président.

     C’est la première fois que nous ratons ce rendez-vous traditionnel. Point de photos souvenirs à mettre en ligne de cet événement qui a marqué le jour de la Saint Pacôme ! Quand on veut informer, mieux vaut tendre en permanence l’oreille, quitte à mettre le nez au ciel. Mais bon, puisque la presse en a parlé !

     Papillon de la Presqu'île: une Causerie sur le porc

    Quand on ne sait plus à quel saint se vouer!

    Un ratage qui venait s’ajouter à un retard quasiment inexplicable. Peut-être faut-il y voir une influence des saints de glace qui auraient gelé toute source d’inspiration. Peut-être !  Mais comment en vouloir à Sainte Estelle, Saint Achille et Sainte Rolande !  En tout cas,  six jours après, nous étions encore infichus de publier un compte-rendu sur la Causerie organisée par Le Papillon de la Presqu’île, le vendredi 4 mai, dans l’arrière salle de La Cambuse. Et pourtant cela méritait d’être commenté sans remettre ça aux calendes grecques. Une conférence débat sur les problématiques liées à l’élevage porcin qui s’est avérée fort instructive. Le conférencier d’un soir, Philippe Le Goux, chargé de communication de la coopérative Aveltis, par ailleurs maire de Pléguien, ayant fait preuve d’une pédagogie éclairante.

     Certes, il ne pouvait être question, en deux tours d’horloge, de gommer toutes les aspérités de ce dossier extrêmement sensible, mais nos amis Philippe et Isabelle Legrand, éleveurs eux-mêmes, lesquels sont à la source de cette soirée, se doivent d’être rassurés. Leur initiative a incontestablement permis de modifier le regard que porte sur leur métier un consommateur qui, ici comme ailleurs, se montre de plus en plus exigeant, tant sur la qualité, le respect de l’environnement et le bien être animal

     Pour toutes les viandes, la consommation est à la baisse. Pour le porc, on est passé en l’espace d’une décennie de 36/kg/h à 32kg/h. La tendance a peu de chance de se renverser compte tenu des évolutions qui se font sentir au sein de la société. Mais, ce n’est pas demain la veille que les saucisses végétariennes chasseront du gril celles pur porc, ni que s’arrêteront de tourner les porcelets sur la broche. Tout nous laisse à penser que les professionnels du secteur mettent tout en œuvre pour assurer leur propre avenir

     Nous n’allons pas ici développer plus que nécessaire. Nos journaux locaux en ont fait état également et on peut consulter le site du Papillon de la Presqu’île, pour s’en faire une idée plus complète :

     http://le-papillondelapresquile.eklablog.com/

     

    Quand on ne sait plus à quel saint se vouer!

     

    Les illustrations de Jean-Claude Lafaye

    Quand on ne sait plus à quel saint se vouer!

    Autre déconvenue de taille : n’avoir pas été encore en mesure de parler de Jean Claude  Lafaye qui exposait pour la première fois à Kermouster. Et ce, deux semaines durant ! Ce graphiste, qui ne revendique pas le titre de peintre, mais seulement celui d’illustrateur, aura incontestablement marqué le paysage.

     Cela fait quatre ans que son épouse et lui hument l’air du grand large. Après une carrière de graphistes du côté de Fontainebleau, ils ont jeté l’ancre à L’Armor Pleubian pour y couler une paisible retraite. Une immersion récente mais, comme l’a révélé cette exposition, déjà bien repérée du côté du sillon du Talbert puisque Jean-Claude Lafaye apporte son concours à l’association La Madeleine.

    Quand on ne sait plus à quel saint se vouer!

    Ne lui demandez pas d’ajouter à ses dessins les nuances du ciel, il dit ne pas en avoir le talent ! Par contre, son trait est habile à faire revivre des vieilles voitures, des vieux gréements et bateaux d’aujourd’hui. Alors, si vous avez raté le rendez-vous et que vous voulez redonnez des couleurs à votre Deudeuche ou autre objet de vos passions, voici son adresse jclafaye3@orange.fr . Il peut travailler à partir d’une photo.

     Jean-Claude Lafaye a, soulignons le, laissé un beau souvenir à Sylvie en lui offrant un croquis de La Cambuse, dessiné bien évidemment sur place. Le geste a de l’allure.

    Quand on ne sait plus à quel saint se vouer!

     

     Un coup de blues mémorable

    Revenons en maintenant aux Canards à l’orange ! Là encore, nous n’avons pas été au mieux de notre forme bien que sortis de la « période glaciaire », jour de l’Ascension. A la limite de la faute professionnelle, dirait-on dans une rédaction.

    Quand on ne sait plus à quel saint se vouer!

     Ce concert, sous le soleil, était remarquable. On ne peut que remercier les organisateurs de ce festival d’avoir, pour la deuxième année consécutive, inscrit l’escale kermoustérienne dans leur programmation. Mais à l’instant même où l’on nous tirait le portrait,  nous savions déjà que nous nous contenterions de demeurer simple spectateur. Pas la moindre envie d’aller chercher à expliquer les tenants des aboutissants. De là à parler d’extase, la grande caractéristique du saint du jour, Saint Pascal, il y a un pas que nous ne franchirons pas. Mais le fait est là. !

     

    Quand on ne sait plus à quel saint se vouer!

    Ce n’est seulement qu’après coup que, peut-être comme vous-même, nous pousserons  la curiosité d’en savoir un peu plus sur ce quatuor de musiciens français  amateurs, en allant sur leur site internet. Nous avons laissé repartir Yan Adam (chant, guitare, harmonica) et ses collègues Mark André (batterie), Jean-Luc Urieta (guitare basse) et Michel Brison (guitare) sans leur poser la moindre question. Seules ces photos fixeront le souvenir de leur passage. Notons cependant un propos tenu par Yan Adam que nous avons récupéré en naviguant sur la toile : « Un concert, c’est aussi l’occasion de découvrir un lieu, une ambiance ».  Nous croyons savoir que leur passage à Kermouster leur a particulièrement plu.

    Quand on ne sait plus à quel saint se vouer!

    Quand on ne sait plus à quel saint se vouer!

     

    Quand on ne sait plus à quel saint se vouer!

    Rendez-vous raté avec Saint Piran

    Mais, pour ce qui nous concerne, force est de reconnaître que nous n’en avions pas encore fini avec la mauvaise influence des astres puisqu’il nous faut ajouter une autre déconvenue à cette liste déjà trop longue. Notre auréole de fin observateur de la vie du hameau en a encore pris un coup.

     Ce lundi 14 mai, jour où l’on fête Saint Matthias, nous pensions avoir mi tout en œuvre pour ne pas rater le rendez-vous que nous avait fixé un autre saint, venu, lui, de Cornouaille :  Saint Piran. En route pour la Vallée des Saints. La Nébuleuse, qui transportait sa statue, vers Pontrieux après avoir escalé à Paimpol, ne pouvait échapper à notre objectif.

    Annoncée aux environs de 13 h sous le pont de Lézardrieux, nous nous sommes postés avant midi au poste de vigie qui surplombe l’estuaire, la terrasse de La Cambuse. Il y avait là matière à photo « historique ». Photo il n’y a pas.

     Que s’est-il passé ?  Par où est-elle passée ? Quand est-elle passée ? On a peine à croire que La Nébuleuse aura mis à profit l’espace temps qu’il faut pour régler la consommation au comptoir pour embouquer le Trieux, échappant ainsi à notre vigilance. Bien sûr, à La Cambuse, on ne se contente pas de jeter les pièces sur le zinc. On a toujours quelque chose à entendre ou à raconter, mais en gardant toujours un œil sur l’estuaire.  Ce n’est de la bouche même de l’auteure de cette photo, qui vous vaut cette longue digression, que nous apprendrons qu’il nous aurait fallu être à poste de bon matin.

     Mais, bon c’est comme ça ! Tout cafouille quand on ne sait plus à quel saint se vouer. Et pourtant il y en a un qui est le saint patron des journalistes et des écrivains : Saint François de Sales. Nous l’avions oublié !


    votre commentaire
  • Adrien Tournier: altiste et artiste peintre

    Comme l’an passé, à pareille époque, c’est Adrien Tournier qui a ouvert « le bal des expos ». Une deuxième escale à Kermouster (Chronique du 18 avril 2017) pour ce peintre adepte de l’aquarelle. Un artiste qui excelle par ailleurs dans l’art de faire vibrer les cordes de son violon alto. Adrien Tournier joue au sein de l’Orchestre régional de Normandie. Le pinceau complète aujourd’hui l’archet, mais celui-ci reste toujours à portée de main. Même quand l’artiste peintre se décide à accrocher ses créations aux cimaises.

    A ces deux passions s’ajoute une troisième : la pratique de la voile. Un intermède ô combien salutaire pour ce musicien professionnel qui compte à son actif pas moins de trois cents concerts par an, dont certains en soliste. La partition du grand air du large a ses vertus.

    La pratique de la voile, procure aussi  au peintre ne source inépuisable d’inspiration. Adrien Tournier sait composer depuis fort longtemps avec le rythme des marées, puisque c’est à Lanmodez, où demeure son père, ex contrebassiste de l’Orchestre symphonique de Radio France, qu’il passe la plupart de ses vacances. A Pors Guyon plus précisément.

    Depuis l’année dernière, Adrien Tournier n’a pas viré de bord. Hormis une « escapade » du côté du raz de Sein, cette deuxième exposition était à nouveau entièrement consacrée à des paysages marins qui sont familiers aux gens d’ici. Il faut un indéniable talent pour donner vie au mouvement des vagues.

    C’est en découvrant les fusains, les lavis et aquarelles de Louis Marie Faudacq (1840-1916) lors d’expositions à La Roche Jagu et à Tréguier qu’Adrien Tournier s’est lancé dans l’aventure. A l’école on lui disait qu’il ne savait pas dessiner. Il nous prouve désormais le contraire.

    Une dizaine de tableaux ont suffi à créer l’harmonie. Une belle première pour cette nouvelle saison. Ponctuée, qui plus est, par un impromptu musical.

    Comment résister, en effet, à la suggestion d’un père qui ne demande qu’à faire chanter sa contrebasse ? C’est ainsi qu’est née l’idée d’organiser un mini concert pour clôturer ces quatre jours de présence dans le hameau. Décision prise, quarante huit  heures avant la tombée du rideau,

    Le bouche à oreille aura suffi à donner à cet impromptu musical son public. Au programme : le Duo pour alto et contrebasse de Karl von Dittersdorf. Adrien et Dominique Tournier nous ont, ainsi, fait découvrir un compositeur qui aura eu l’honneur de jouer avec Mozart au sein d’un quatuor.

     Dans un duo, chacun à son mot à dire. L’alto exprime sa suavité. La contrebasse donne de la profondeur. Ce fut un moment d’excellence. Entre l’altiste et le contrebassiste, une demi heure de dialogue.. Mais pas besoin d’avoir l’oreille absolue pour saisir celui qui s’est alors instauré entre le père et le fils. En nous invitant à découvrir ce duo, ils se sont offert un vrai moment de partage.

     

    Adrien Tournier: altiste et artiste peintre


    votre commentaire
  • Le bloc-notes du jour

    La vie d’un hameau peut-elle s’écrire au jour le jour ? Pourquoi pas ? Après tout, sur les navires on tient son journal de bord. Même dans le coin le plus reculé de la planète - ce que n’est pas Kermouster bien évidemment - il y aurait toujours matière à éphémérides.

    Chaque jour est en soi un événement. Donc ! Nous pourrions le faire, mais cela supposerait qu’il nous faille rester à poste en permanence. Vivre à Kermouster est une chance, mais on gagne à aller, par intermittence, voir ailleurs si j’y suis, ne serait-ce que pour éprouver le plaisir du retour au bercail. Et quand on revient, la priorité des priorités consiste à descendre jusqu’aux grèves, pour se rincer les yeux au bleu de la mer. Quitte à trouver matière à enrichir le bloc-notes du jour.

    Ce dimanche, nous constations que les choses allaient bouger sur le parking. Ce lundi, l’affaire était entendue. Le portique interdisant la partie basse du terrain est en place. Côté mer, un monticule de terre sert de barrière de sécurité.

    Le bloc-notes du jour

    Le bloc-notes du jour

    Chapelle: la restauration suit son cours

    Autre fait notable, concernant cette fois la chapelle : le retable, qui avait été déposé pour permettre au maître verrier Julien Lannou de procéder à la rénovation du grand vitrail jouxtant le maître autel, est à nouveau en place. Les grandes statues de Saint Nicolas et de Saint Maudez  ont été, elles aussi, réinstallées.

    Début juin, les responsables des services régionaux et départementaux en charge du patrimoine religieux viendront à Kermouster tracer un état des lieux et faire connaître leur avis sur la poursuite des rénovations et restaurations à mener. A cette date, La Marya et les autres ex-voto devraient avoir regagné leur port d’attache.

    Le bloc-notes du jour

    Vendredi 4 mai: première Causerie de l'année à La Cambuse

    Dans l’immédiat, rappelons que Le Papillon de la Presqu’île nous donne rendez vous pour une soirée conférence-débat sur le thème de l’évolution de l’élevage porcin. Cette « Causerie » se déroulera à La Cambuse, le vendredi 4 mai, à partir de 20h. Philippe Le Goux, responsable information et communication du groupement d’éleveurs indépendants Aveltis, par ailleurs maire de Pléguien, se propose de retracer les évolutions depuis les années 1950 pour, ensuite, situer les enjeux de ce secteur de l’économie.


    votre commentaire
  • Le Papillon de la Presqu’île aime se poser à Kermouster

    Les papillons aiment les fleurs. Le Papillon de la Presqu’île tout particulièrement. Ne lui doit-on pas d’avoir commencé à déployer ses ailes en organisant son désormais traditionnel « Automne au jardin » à Lamnodez. Mais pour l’heure, c’est le printemps – deux jours à suivre - de plein soleil ô combien appréciés ! - et quoi de mieux qu’un bouquet fleuri pour fêter la réouverture de La Cambuse. Car c’est à La Cambuse que cette association aime se réunir.

     Il aura fallu faire sans tout au long de ces derniers mois. Ce vendredi 6 avril, il ne s’agissait que d’une réunion de bureau, préparatoire  à l’assemblée générale qui se tiendra à Kermouster le samedi 5 mai prochain. Mais avant de rentrer dans « l’ordre du jour », les responsables de ce papillon à nul autre pareil ont tenu, au nom de tous les adhérents, à dire « avec des fleurs » combien ils apprécient d’avoir retrouvé ici le bon endroit pour faire éclore les futurs rendez-vous.

    Bien sûr, le Papillon aime virevolter aux quatre coins de la Presqu’île. Son terrain d’aventure va du Trieux au Jaudy, de Pleudaniel au bout du sillon du Talbert. Mais il se sent particulièrement bien à Kermouster.

    On peut suivre ses pérégrinations et prendre connaissance des rendez-vous qu’il nous fixe sur son site ( http://le-papillondelapresquile.eklablog.com/  ). Mais d’ores et déjà retenons une date, celle du vendredi 4 mai. La veille de son assemblée générale, le Papillon de la Presqu’île nous invite à une « Causerie », à La Cambuse, à 20 h, sur le thème suivant : « Evolution de l’élevage porcin depuis les années 1950 et les enjeux de demain ». Une date à retenir !


    votre commentaire
  •  

    La première : Sylvie Çaldugaray est de retour. La Cambuse a rouvert ses volets ce dimanche. Ce n’est pas un poisson d'avril! Ce serait d’ailleurs d’un mauvais goût. Même si le temps en ce dimanche de Pâques fait plutôt grise mine, c’est un rayon de soleil qui réchauffe l’atmosphère. Après un automne et un hiver peu lumineux, le hameau reprend toutes ses couleurs. Vive le printemps !

    Deux très bonnes nouvelles

     

     La deuxième nous vient d’ailleurs, mais nous concerne au premier chef. Du Kremlin Bicêtre, où ont été décernés, le 19 mars dernier, les prix de la première édition du tremplin « A nos chansons », marrainé cette année par Anne Sylvestre, célèbre chanteuse qu’il ne nous semble pas utile de présenter. C’est Marion Cousineau, Kermoustérienne d'adoption, qui s’est vu attribuer le Grand Prix du Jury ainsi que la Coup de Cœur du Public.

     A vrai dire, comment s’en étonner? L’été dernier Marion nous avait prouvé, à même la terrasse de La Cambuse, qu’elle avait un sacré talent. Notons que le jury était présidé par  les comiques Shirley et Dino entourés de Jean Michel Boris, ancien directeur de l’Olympia, Pauline Chauvet, assistante de production, Clémence Monnier, pianiste et chanteuse, Catherine Dolto, médecin psychothérapeute, l'actrice Marina Vlady et David Desreumaux, journaliste

     

    Deux très bonnes nouvelles

     

    (photo copyright, D.R.)


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires