• Un bon moment "démocratique"

    Ce fut un bon moment « démocratique » ! Ce bon moment : la traditionnelle séance des vœux du maire de ce vendredi 4 janvier 2019. Dans cette période marquée au niveau national par un interminable et exaspérant dialogue de sourds, cette séance aura eu des vertus thérapeutiques citoyennes. La première d’entre elle passant - c’est la nature même de ce rendez-vous - par l’écoute.

    Certes, il n’y avait guère de surprises à attendre d’un discours faisant état du bilan de l’exercice précédent et traçant les grandes orientations pour les douze mois prochains. Tout était supposé déjà connu de tous, la presse écrite, indispensable moyen de communication,  ayant rendu compte de l’essentiel au fil des réunions du conseil municipal. Mais, ce qui a marqué tout particulièrement cette séance des vœux tient, selon moi,  au fait que l’on a de visu constaté, contrairement à une idée reçue, que les maires et les conseillers jouent toujours un rôle. La commune, cellule de base de la démocratie, est, chez nous en tout cas, toujours bien vivante.

    Je ne vais pas ici détailler les satisfecit que peut s’attribuer l’équipe municipale, mais on ne peut que lui reconnaître d’avoir su mener à bien plusieurs projets répondant à l’intérêt général et cela, comme le soulignera Marcel Turuban, « sans augmenter les impôts ».

    Si l’accent a été mis sur le Cèdre bleu, le tout nouveau espace intergénérationnel du centre bourg, et l’incontournable site portuaire, je place au premier plan une réalisation, certes remontant à fin  2017 mais dont on a pu mesurer ces douze derniers mois le bien fondé. Du point de vue de l’usager, l’ouverture d’un guichet postal au sein même de la mairie s’avère être une bonne chose. Elle montre bien que l’on peut, malgré nos réticences au changement, trouver moyen à adapter la vie locale à nos nouveaux modes de vie, lesquels sont à l’origine des difficultés de la poste telle que nous l’avons connue jusqu’à ce jour. Il est toujours bon de s’interroger sur ses propres responsabilités.

    En regardant cette séance des vœux par le bout de la lorgnette kermoustérienne, on ne peut que faire la même appréciation.

     La commune s’est engagée dans un travail de restauration long et coûteux de la chapelle, malgré les aides financières de l’Etat, de la Région et du Département. Ce qui a priori relèverait du religieux est un reste à charge dans notre République. Faut-il le regretter ? Non, bien évidemment, car on ne construit pas un avenir en faisant table rase du passé. Cette chapelle mérite, comme les autres édifices religieux de la commune,  que nous lui consacrions quelques deniers prélevés sur notre pouvoir d’achat. Qu’importe si elle ne recouvre pas pleinement sa vocation première !  Là n’est pas la question. Elle porte tout simplement témoignage. C’est un patrimoine culturel et artistique qu’il convient de protéger.

    Pour le hameau, le chantier de l’année va être la remise aux normes de La Cambuse. Ça prendra du temps, mais Kermouster est officiellement assuré de pouvoir retrouver un point de convergence indispensable.

    Faut-il regretter que le dossier assainissement n’ait pas été évoqué ? Peut-être, mais, pour l’heure, on ne peut qu’espérer qu’il sera traité par Lannion Trégor Communauté (LTC), qui en a désormais la charge, avec suffisamment de tact pour que les habitants du hameau sachent de quoi il en retourne. Voici un exemple concret de ce que pourrait être un débat citoyen au plus près des réalités.

    D’ailleurs, arrêtons nous sur ce qui semble, à première vue, devoir minimiser le rôle du maire, c’est-à-dire cette toute nouvelle communauté de commune, dont le centre décisionnel place de facto l’ensemble de la Presqu’île en périphérie. A tort ou à raison on peut juger cette évolution regrettable, susceptible, à terme, de réduire le rôle du maire à celui se simple exécutant, simple agent de proximité.

    Cette nécessaire proximité peut-elle souffrir d’un éloignement du centre des décisions ? Il est trop tôt pour en évaluer les effets. La mise en place de LTC est trop récente.  Mais on se doit d’espérer que nos élus, je parle ici de tous ceux qui s’étaient regroupés au sein de la précédente communauté de commune, sauront intelligemment s’affranchir de l’esprit de clocher pour, au sein de la nouvelle instance, défendre tout à la fois  les intérêts des habitants de leurs communes respectives, ceux de la population de la Presqu’île, ce qui revient à dire l’intérêt général de Lannion Trégor Communauté.

    Curieusement, les circonstances sont on ne peut plus favorables, malgré l’épée de Damoclès de la suppression de la taxe d’habitation. A l’heure du grand débat voulu par le pouvoir central, les maires savent désormais qu’on leur reconnaît à nouveau un rôle primordial. Mais cela doit nous interpeller, nous autres, citoyens de base.

    Allons nous attendre pour compter les points ? Comme cela a été le cas pour la maison de santé de Pleumeur-Gautier. Qu’avons-nous fait pour éviter un tel gâchis ? Car il s’agit bien d’un gâchis, humain et financier, dont nous autres patients et contribuables en payons le prix. L’heure n’est plus à savoir qui en porte la responsabilité. Les maires ? Les médecins, dentistes et autres professionnels de  santé ? Il convient désormais de dépasser le stade du ressentiment pour trouver une solution à un problème central de notre vie communautaire.

    La santé, l’école, l’environnement, l’assainissement, les voies de circulation, il y a là, comme sur tant d’autres sujets, matière à nourrir non pas un cahier de doléances mais à ouvrir un forum de discussion qui nous engage tous. Ne suspectons pas nos élus, du plus haut niveau à celui de l’échelon communal ! Aidons les au contraire à ne pas se fourvoyer, à prendre les décisions qui donneront à la démocratie son véritable gilet de sauvetage ! Ne sous-estimons pas le risque que font peser les actes de violence à répétition ! Le socle de la démocratie, c’est le dialogue constructif.

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :