• Première tempête, première image

     

    Première tempête, première image

     

    Première tempête, première image pour une première chronique de la nouvelle année.

     Autant le dire, l’idée de mettre fin à Point de vue de Kermouster a perduré tout au long de ces dernières semaines. Nous avons déjà eu la possibilité de nous en expliquer de vive voix avec des amis qui s’étonnaient d’un trop long silence. Ces explications, nous aurions fini par les mettre en ligne si nous avions donné un caractère définitif à ce qui n’était, certes, qu’une intention, mais une intention forte. On peut peut-être partir sans laisser d’adresse, mais la moindre des politesses c’est de dire au revoir ou, dans ce cas là, adieu.

     Sans refaire l’historique de ce blog que nous avons finalement décidé de maintenir, soulignons en, une nouvelle fois, la charpente philosophique : être un instrument supplémentaire au service du dialogue, dans le hameau, dans la commune voire au-delà. Tout dire, mais sans froisser quiconque, conscient que c’est par le respect de l’autre que l’on peut faire avancer  le schmilblick du « vivre ensemble ». Or, s’il est un sujet sur lequel le devoir d’information connaît des limites, c’est quand il repose sur  l’intime. En nous faisant « échotier » nous n’avons jamais eu l’indélicatesse de briser ces limites. Nous continuerons à agir dans ce sens.

     Oui ! Comme tous nos voisins de Kermouster, nous avons été profondément peinés par ce tragique accident qui a causé la mort de Roger Benois. Quoi de plus intime que la mort d’un être chéri par les siens. Le jour de son enterrement, les travées de l’église Saint Jean Baptiste  de Lézardrieux étaient chargées d’émotion. Preuve, s’il en est, que Roger Benois était un homme apprécié au-delà du cercle de ces intimes. Nous avons du mal à admettre que son sourire se soit éteint à tout jamais. Nous renouvelons nos condoléances à Armelle, son épouse, ainsi qu’à sa famille.

     Ce n’est pas la première fois que le hameau est frappé par une tragédie durant les festivités de fin d’année. La Camarde, comme l’a si bien décrite Georges Brassens, se joue de nos rites et de nos traditions. Avec elle, il n’y a  point de trêve de confiseurs qui vaille.  Face à son implacable cruauté, nous nous sommes, pour notre part, sentis, cette fois, totalement désarmés. Impossible de trouver les mots susceptibles de parler de cette tragédie qui n’a laissé, ici, personne indifférent. Il est des situations où le silence est de mise.

     Nous savons tous que nous aurions pu être, ce jour là,  à la place de Roger Benois, à l’heure dite. Cette route est la nôtre. C’est notre cordon ombilical avec le centre bourg. C’est de loin la route la plus dangereuse de la Presqu’île. Le croisement y est difficile, le doublement risqué. Limiter encore plus la vitesse du bas de la côte de Kermenguy jusqu’au stop à l’Armor Pleubian serait, de notre point de vue, une bonne initiative. Mais nous aurons toujours à nous méfier de la routine. C’est une départementale qui demande une vigilance de tous les instants. Formulons le vœu que nous saurons tous le rester !

     Il aura donc fallu découvrir ces deux hommes perchés dans une nacelle pour réamorcer Point de vue de Kermouster. Depuis deux jours déjà, le hameau avait perdu ses habits de lumière. Le grand sapin venu d’ailleurs s’en était reparti vers un destin qu’il n’est pas difficile à imaginer. Kermouster campait à nouveau dans son charme naturel. Mais que diable venaient faire ces deux hommes autour des fils électriques par un temps à ne pas coucher dehors ? La réponse nous est tombée dans l’oreille entre deux rafales de vent : raccorder à l’éclairage public le spot lumineux qui, de l’intérieur, donne de la couleur au nouveau vitrail pendant les premières et dernières heures de la nuit.

     Bien que n’ayant pu assister, le 6 janvier, à la cérémonie des vœux du maire, nous ne sommes pas sans savoir qu’une partie de son intervention a ciblé  Kermouster. Pour l’essentiel il s’est agi de confirmer des engagements portant sur la mise en valeur et sur la préservation du patrimoine culturel  de la chapelle. Il n’aura donc pas fallu attendre pour passer de la parole aux actes. Même si cette opération, somme toute ordinaire, a pris ce jour là, force est de le constater, un caractère dangereux. Les services météo avaient prévenu : le vent soufflerait très fort à partir de 16 h. Et à 16 h tapant, la nacelle et ses deux passagers se sont effectivement trouvés dans un champ de turbulences. Ils ont fort habilement réussi, très rapidement, à éteindre nos craintes.

     

     

     


  • Commentaires

    1
    claudie
    Lundi 16 Janvier à 12:07

    Enfin une bonne nouvelle en ce début d'année : le pointdevuedeKermouster continuera son chemin en 2017. De même que la départementale qui nous relie à Lezard est une sorte de cordon ombilical, le blog joue ce rôle en nous reliant à notre village (pardon, hameau) préféré, lorsque nous nous en éloignons. Et ce cordon-ci ne comporte, lui, aucun danger ; on peut le consommer sans modération.

    Alors, un grand merci à notre blogueur qui tisse les liens sociaux et amicaux dont nous avons tant besoin en ces temps d'individualisme et de repli sur soi !

    2
    MP
    Lundi 16 Janvier à 18:25

    Merçi Claude, au plaisir de te lire !

    3
    Les Sudistes
    Jeudi 19 Janvier à 08:15
    Que le temps nous a paru long sans nouvelle de notre hameau merci d'avoir renoué ce lien qui nous rattache à Kermouster.
    Meilleurs voeux 2017 à vous tous kermousteriens et amis de Kermouster
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :