• Les événements marquants de la première quinzaine de juillet

    Les événements marquants de la première quinzaine de juillet

    Après avoir souligné notre indignation, suite à des événements peu en phase avec ce qui constitue l’objet même de cette chronique (notre précédent « billet »), nous embrayons sur un registre plus à même de nous réconcilier avec le quotidien. Et ce, en donnant ce jour un coup d’œil dans le rétroviseur, pour mettre en exergue deux événements qui ont marqué les annales de notre histoire locale.

     

    Les Conviviales du Papillon de la Presqu’île

     

    Les événements marquants de la première quinzaine de juillet

    Le samedi 9 juillet, l’association Le Papillon de la Presqu’île organisait sa toute première « Conviviale », à même la terrasse de La Cambuse. Une quarantaine de personnes ont honoré ce rendez-vous qui, selon les échos que nous en avons recueillis, les a enchantées. Mais que faut-il entendre par « Conviviales » ? Sous cette appellation se cache une louable intention : le partage, sur une « scène ouverte », d’un bon moment de dépassement de soi-même, par la lecture d’un texte, d’un auteur ou de sa propre inspiration, par le chant et la musique.

     Ce faisant, Le Papillon de la Presqu’île s’inscrit dans l’air du temps. Des mouvements de ce type se sont créés un peu partout et le département des Côtes d’Armor n’est pas en reste. A deux pas de Kermouster, on peut citer l’action menée par L’image qui parle à Paimpol. Ce samedi, ce sont des passionnés de la chose qui sont venus de Tréméven et du Faouët épauler le Papillon pour ce premier galop d’essai. Galop d’essai suffisamment satisfaisant puisque d’ores et déjà la date de la prochaine Conviviale est fixée au vendredi 14 octobre (20h30). A La Cambuse ? Rien n’est moins sûr car les responsables de l’association ont à cœur de penser « Presqu’île », donc de fixer les rendez-vous sur quelques autres sites. Pour jouer au mieux la carte de la proximité et permettre à quiconque le souhaite de « rentrer en scène ».

     Même si cela ne semble pas aller de soi, nous avons tous la possibilité de dire un texte, en alexandrins ou non. L’essentiel n’est pas de s’y croire mais d’éprouver du plaisir à le faire, quitte à jeter de temps en temps un coup d’œil sur les feuillets aide-mémoire. N’est pas Fabrice Lucchini qui veut ! Mais ce dernier ne saurait être le dernier à voir que son talent crée de l’émulation. Sur la terrasse de La Cambuse, l’ambiance aura été bon enfant. L’émotion a même été au rendez-vous.

     D'abord au travers d’un texte lu par Jean-Pierre Le Dantec, un Kermoustérien pur jus, qui évoquera le témoignage que Sylvie Caldugray a accordé l’an passé à L’image qui parle, Elle y confie ses souvenirs liés à cette école de Kermouster devenue aujourd'hui  "son" café épicerie. Trop émue, Sylvie a préféré laisser à un "pays", qui lui aussi à user ses fonds de culotte sur les bancs de cette école, le soin de lire ce témoignage.

     Autre grand moment d’émotion : la participation exceptionnelle d’une famille syrienne qui a trouvé à Paimpol une terre d’asile. Le père, Yaya Abdellama, était professeur de musique en Syrie. Il a formé ses filles au chant. Il les accompagne en pinçant les cordes de son oud, un instrument de musique très répandu dans les pays du Moyen-Orient. Par les temps présents, il est bon de se rappeler que ces peuples soumis au despotisme ou à la barbarie sont riches d’une culture qu’il nous faut aussi savoir apprécier. Ce soir là, Kermouster était au diapason d’un monde en quête d’harmonie.

    Les événements marquants de la première quinzaine de juillet

     

    Jean Pierre Le Dantec lisant le témoignage de Sylvie Caldugaray

    Les événements marquants de la première quinzaine de juillet

    Les événements marquants de la première quinzaine de juillet

     Face au Farless, Guy Prigent a lu deux de ses poèmes sur la mer

    Les événements marquants de la première quinzaine de juillet

    Les événements marquants de la première quinzaine de juillet

     Maître du bien parler et humoriste de surcroît? Jean-Paul Silvano  aura tenu "le fil rouge" de cette première Conviviale.

     

    Les événements marquants de la première quinzaine de juillet

     

    Escale de voitures Panhard & Levassor

     Autre temps fort de cette première quinzaine de juillet : l’escale d’une vingtaine de véhicules portant tous la marque Panhard & Levassor. Une escale proposée par un membre de l’association bretonne du Club Panhard & Levassor France. Ce club a été fondé en 1973, soit environ 6 ans après la fin de la production de voitures de cette marque.

    Quelques dates à retenir :

     

    -          1891 : sortie en série de la première voiture Panhard & Levassor à moteur Daimler.

    -          1936 : La Dynamic 6 cylindres sans soupapes 2800 cm3

    -          1954 : la « révolutionnaire » Dyna Z, 850 cm3, 130 km/h, 7 litres aux 100, 6 places.

    -          1959 : la PL17

    -          1967 : chant du cygne avec les dernières 24 CT et BT (52 à 60 CV à 6200t/mm, 850 cm3)

     Là encore, au sein de cette association, on met en avant les notions de « solidarité et de convivialité ». Ce club vit grâce aux cotisations annuelles de ses adhérents et a comme spécificité d’assurer l’approvisionnement en pièces détachées de ses membres « uniquement pour les véhicules produits après-guerre ».

     C’est donc un vent de nostalgie voire de rajeunissement qui a soufflé quelques heures sur le hameau. Le temps pour les participants à cette escapade de se restaurer à même La Cambuse tout en jetant un œil envieux sur un panorama en passe de se réconcilier avec le grand ciel bleu.

     Le 24 avril dernier, c’est la « Deudeuche » qui avait créé l’événement. A croire que Kermouster est désormais une étape « obligée » pour tous les passionnés de l’histoire de l’automobile ! Ce qui, in fine, pose le problème du stationnement. Ce jour là, la place du Crec'h était bien trop petite pour accueillir ces belles d'autrefois. 

    On notera, pour l'anecdote,la présence simultanée d'une Renault 4 CV, venue chercher à Kermouster un coin pique-nique avec vue imprenable sur l'estuaire. Avec ses valises entreposées sur la galerie, cette voiture, tout aussi populaire que la 2 CV Citroën, avait elle aussi un parfum de nostalgie

     

     

    Les événements marquants de la première quinzaine de juillet

    Les événements marquants de la première quinzaine de juillet

    Les événements marquants de la première quinzaine de juillet

    Les événements marquants de la première quinzaine de juillet

    Les événements marquants de la première quinzaine de juillet

    Les événements marquants de la première quinzaine de juillet

    Les événements marquants de la première quinzaine de juillet

    Les événements marquants de la première quinzaine de juillet

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :