• Des voeux sous le vent

    Des voeux sous le vent

    Un simple vent d’Est. Un vent « sans nom ». Un vent soutenu et frais a pris, ce week-end, le relais de Carmen et Eléanor, les deux grandes dépressions de ce début d’année. Un vent moins violent, certes, mais cependant suffisamment fort pour nous contraindre à la vigilance. Et cette fois, le Sillon du Talbert, bien malmené par ces nouveaux coups de boutoir, n’a pu pleinement tenir son rôle de barrière protectrice. Que de moutons en baie de Pommelin ! Une houle venue du large, à peine contenue par l’île Saint Maudez. On se souviendra longtemps de cette première semaine de l’année 2018.

    En fin d’après-midi, le vendredi 6 janvier, le temps était à l’accalmie. Et si vent il y avait, il était porteur pour plusieurs projets que la municipalité entend conduire à bien dans les mois qui viennent. Nous étions conviés, ce jour là,  à la présentation des vœux du maire, salle Georges Brassens. La salle « intergénérationnelle » du centre bourg, un nouveau lotissement venelle des Ormes, non loin de la gendarmerie, et les travaux d’agrandissement du port, pour en accroître les capacités d’accueil, telles sont les priorités qui vont sous-tendre l’action de l’équipe municipale tout au long de cette nouvelle année . Vent porteur teinté de détermination. Tout faire pour que Lézardrieux conserve son attractivité.

    Pour Kermouster, le premier fait marquant sera la pose du grand vitrail de derrière le maître autel. Ce vitrail, qui fait l’objet d’une rénovation, aurait dû, bien avant les festivités de Noël, retrouver sa place. Ni Ana, ni Bruno, les coups de vent de fin décembre, portent la responsabilité de ce retard. Le maître verrier non plus. Ce sont les barlotières, ces barres métalliques qui soutiennent les carreaux, qui ont eu un retard à l’allumage.

    Courant du printemps, la flottille des ex-voto, en carénage à Tours, rejoindra son port d’attache. Se posera alors la question de la rénovation du statuaire et du retable.  Pour ce qui concerne l’éclairage du vitrail de la façade ouest, les services techniques réfléchissent à un système, similaire peut-être à celui qui est utilisé pour l’église Saint Jean Baptiste, lequel pourrait cette fois bien mettre en valeur l’esthétisme de ce qui est, ni plus ni moins, une œuvre d’art. Marcel Turuban, à l’occasion de cet échange des vœux, n’a pas manqué de remercier l’Amicale de Kermouster pour son action et sa participation financière à la sauvegarde de ce patrimoine. Au cœur de l’été, la chapelle devrait avoir recouvré sa force d’attraction.

    Pour ce qui est de l’assainissement du hameau, la question est visiblement repoussée aux calendes grecques. A dater de ce 1er janvier 2018, la municipalité n’est plus le maître d’œuvre, même si elle a provisionné un pécule en vue de la réalisation de cet investissement. C’est Lannion Trégor Communauté, plus communément appelée LTC, qui prend en main ce dossier, lequel tiendra compte des besoins en la matière de zones habitées extérieures à Kermouster. On laisse entendre que la réflexion portera sur un projet pouvant concerner la zone de Pommelin voire même Lanmodez. Bref ! De nouvelles études à l’horizon car le projet retenu à ce jour serait sous dimensionné donc inadéquat. Ce n’est donc pas demain la veille que les bulldozers vont entrer en action.

    Des voeux sous le vent

    Une présentation des vœux ne pouvant s’éterniser, ce n’est qu’à l’heure des bulles que nous nous sommes enquis de ce que la municipalité entendait faire pour le stationnement du parking de l’île à Bois. Promis juré, l’existant va être modifié. Le portique devant permettre un dosage acceptable de camping-cars tient la corde. Reste à trouver l’emplacement le plus judicieux, conjuguant esthétisme et efficacité !

    Restons sur le parking et revenons en au vent ! En contrebas de cette zone, le système de défense contre les humeurs de la mer pose problème. Mairie et responsables du Domaine public maritime en sont conscients. Les barres de béton hérissées de morceaux de ferraille ont fait leur temps. C’est une armée en déroute, incapable de freiner la voracité des vagues. Elles posent surtout  un gros problème de sécurité pour les personnes. Affaire à suivre !

     Pour conclure, rassurons toutes celles et ceux qui pourraient craindre de ne plus voir le traditionnel grand sapin de Noël, vu ce qui s’est passé dernièrement ! Pas facile de creuser à cet endroit, compte tenu du système de canalisations. En décembre prochain l’arbre nouveau reposera sur un socle capable de résister aux plus grandes fureurs d’Eole. Car, de cela nous ne pouvons plus douter : il y aura de nouveaux coups de tabac.

    Des voeux sous le vent


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :