• Concert de Marion: un vrai "P'tit Bonheur"

    Concert de Marion: un vrai "P'tit Bonheur"

     

      Elle aime marcher pieds nus, mais ses souliers ont beaucoup voyagé. Toujours en quête d’elle-même. Jusqu’au pays qui n’est pas un pays puisque c’est l’hiver. C’est là, dans la Belle Province, de l’autre côté de l’Atlantique, qu’elle a choisi de prendre un chemin de traverse, pour s’en aller vers le pays des mots.

    Ce samedi 19 août, à l’heure de l’apéro, un vent glacial s’est levé sur le hameau. Comme le chante si bien Anne Sylvestre dans Cap au Nord, il y avait du vent dans la cambuse. Il était particulièrement frais en cette fin d’après-midi sur la terrasse du café épicerie, là où Marion Cousineau nous avait donné rendez-vous pour un concert que l’on peut, sans abus de langage, qualifier d’historique.

     

    Concert de Marion: un vrai "P'tit Bonheur"

     

    Concert de Marion: un vrai "P'tit Bonheur"

     

    Pour Marion, Kermouster c’est comme qui dirait un vrai port d’attache.  Port Béni, sur le Jaudy, aussi. C’est en Presqu’île qu’elle a, au fil des vacances, appris à humer l’air du large. Elle qui dit ne pas avoir d’ailes a fini par s’envoler, tel un grand oiseau marin, vers d’autres horizons.

     Mais les oiseaux, marins ou non, savent rester fidèles. Tous ceux qui l’ont vue grandir à même les grèves, de Pors Guen à l’île à Bois, étaient présents. Fiers sans doute de voir que la « petite » ne les avait pas oubliés. Fiers surtout de voir qu’elle avait fait un sacré bout de chemin et que tout laisse à penser que ce ne sera pas une étoile filante dans la galaxie des chanteurs poètes.

    Au piano comme avec sa guitare basse, les paupières closes posées sur le micro, Marion ouvre son cœur. On y devine des blessures, mais il bat fort. Ses chansons sont ciselées mot à mot. La rime est riche d’émotion et la suavité de la voix en amplifie l’effet.

    Malgré le froid engourdissant, la chaleur aura été au rendez-vous de ce concert en plein air. Face à sa famille, à ses amis, d’hier et d’aujourd’hui, Marion a su faire taire son trac pour donner le meilleur d’elle-même. Il y avait de la vibration dans l’air.

     

    Concert de Marion: un vrai "P'tit Bonheur"

     

     Des amis, ce n’est pas ça qui manque dans cette galaxie où elle vit désormais comme un poisson dans l’eau. Nous en avions rencontré quelques uns, quelques jours auparavant, à l’occasion d’un impromptu musical dans l’arrière salle de La Cambuse. Parmi eux, Deny Lefrançois, qui lui a composé quelques musiques. Samedi dernier, c’est Steve Normandin qui s’est trouvé à ses côtés. Lui, il est Québecois d’origine, mais il a choisi de se poser sur les rochers roses de la côte nord de Bretagne. Les poètes ont chacun leur terre d’exil, plus précisément, de ressourcement car ils sont tous, à de rares exceptions, des pigeons voyageurs.

    Après avoir battu l’estrade tout le mois de juillet dans le sud la France et fait escale en Presqu’île sauvage, Marion va prendre son envol vers l’est. Rennes, le Cotentin, etc. En fin d’automne elle s’en retournera vers Montréal, vers ce Québec qui donne tant à la chanson francophone. Ce samedi 19 août, à titre personnel, nous avons entraperçu l’ombre du grand Félix Leclerc. Le concert de Marion Cousineau peut se résumer en trois mots : un vrai « P’tit bonheur »

     

    Concert de Marion: un vrai "P'tit Bonheur"

    Concert de Marion: un vrai "P'tit Bonheur"

     

    Si vous avez le désir de suivre Marion dans ses pérégrinations, vous pouvez lui écrire par courriel, à l’adresse suivante marioncousineau@gmail.com et lui demander de vous ajouter à sa liste de diffusion par mail.

    Vous pouvez également la suivre sur :

     Facebook.com/MarionCousineauChanson

     Et, sans attendre, cliquer sur ce lien de Youtube

     https://www.youtube.com/watch?v=XUhw8dXwZAE

     

    Concert de Marion: un vrai "P'tit Bonheur"

     

    Mais donnons lui encore la parole à travers ce très beau poème, écrit durant l'hiver dernier alors qu'elle se trouvait du côté de Montréal !

     

    JE PARS

     

    On a déjà plusieurs adresses

     Et chacun quelques bleus au cœur

    On est passés par la jeunesse

    Et ses dévorantes ardeurs

     

    On a tenu quelques promesses

    Pris le beurre et l’argent du beurre

    On doit au temps la politesse

    D’avoir appris de nos erreurs

     

    Et si je pars le cœur léger

    C’est simplement pour éviter

    Que le bout que je t’ai laissé

    Ne soit trop lourd à supporter

    Juste un souffle à ton cou

    Morceau de moi, et souvenir de nous

     

    Je nous veux doux, tendres, et fugaces

    Heureux des bonheurs échappés

    Je nous veux derniers de la classe

    Au joyeux jeu des cœurs brisés

     

    C’est bien trop grand, ça nous dépasse

    Le simple fait d’exister

    Et si chacun laisse une trace

    Que ce soit celle d’un baiser

     

    Alors je pars, le cœur léger

    Mais simplement pour éviter

    Que le bout que je t’ai laissé

    Ne soit trop lourd à supporter

    Juste un souffle à ton cou

    Morceau de moi, et souvenir de nous

     

     

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :