• Chapelle: une visite de récolement

     

    Chapelle: une visite de récolement

    Dans la continuité de l’opération « nouveau vitrail », menée avec le résultat que l’on sait, les responsables de l’Amicale de Kermouster ont accueilli, ce mardi 25 octobre, Céline Robert, conservatrice des antiquités et objets d’art pour les Côtes d’Armor, afin de connaître son avis sur l’état de la chaire de la chapelle, l’association faisant désormais de la protection de ce patrimoine local un de ses chevaux de bataille.

     De la chaire, rongée à sa base par les vrillettes, il aura été effectivement question, mais c’est à un inventaire complet que s’est livré la représentante du Service patrimoine historique et contemporain,  en présence de Maryvonne Le Berre, l’adjointe en charge du Tourisme et de la Culture, Sept ans après un premier état des lieux, effectué par elle-même en décembre  2009, Céline Robert a tiré un constat quelque peu alarmant de la situation.

     La chaire, effectivement, nécessite une attention particulière, ne serait-ce que pour une simple question de sécurité, mais le retable qui encadre l’ancien autel  en pierre, classé aux monuments historiques, présente, lui aussi, de sérieuses altérations. Il en va de même pour nombre de statues inscrites au patrimoine, notamment celle de Saint Antoine qu’un bain dans une atmosphère anoxique, c'est-à-dire sans oxygène, sauverait des mandibules des xylophages, ces petits insectes qui attaquent le bois.  

    Tout au long de cette visite de  récolement, c'est-à-dire de vérification et pointage sur inventaire, il aura fallu jongler avec les subtilités du vocabulaire. Il ne s’agit pas, en effet, de confondre ce qui relève de la conservation, de la restauration ou de la simple restitution. Ces différentes opérations ne nécessitent pas le même degré d’intervention.

    On a noté, par exemple, l’intérêt qu’il y aurait à enrayer la propagation de champignons dans la vitrine où sont exposés plusieurs ex-voto, pour permettre leur conservation en l’état. Pour le retable, on évoque plus une  restauration, mais ce serait déjà important d’en assurer une bonne conservation. Par contre, concernant la statue de Saint Sylvestre, les services départementaux disposant d’une photo avant détérioration,  l’opération de réhabilitation pourrait se limiter à une simple restitution… du bout de doigt qui lui manque à la main gauche.

     Le résultat de cette visite de récolement étant ce qu’il est, on mesure l’ampleur de la tâche qu’il convient d’accomplir pour  redonner à ce patrimoine religieux tout son éclat. Tout ne pourra se faire en un jour d’autant que ces interventions souhaitables soulèvent de sérieuses préoccupations financières. Même si l’Etat, la Région et le Département peuvent amplement soulager la Commune du poids de la charge, selon la nature des objets à préserver, celle-ci n’en reste pas moins très lourde. Il faudra assurément dégager des priorités et savoir donner du temps au temps. Ceci va faire l’objet d’une concertation approfondie entre la Municipalité et le Service patrimoine historique et contemporain.

    Chapelle: une visite de récolement

    Chapelle: une visite de récolement

    Chapelle: une visite de récolement

    Chapelle: une visite de récolement


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :