• Après les chiens, nous donnons notre langue aux chats

    La publication de notre précédente chronique a provoqué, comme bien d’autres plateformes d’information du même type, un énorme ramdam sur la blogosphère, ce 17 février 2018. Quelques miaulements avant le lever du jour, nous avaient déjà fait comprendre qu’il allait falloir donner notre langue aux chats.

     C’est peu dire que du côté des greffiers et autres mistigris la célébration de l’année du chien a laissé, comme qui dirait, plus d’un chat à travers la gorge. Notre souci de favoriser le dialogue nous a donc amenés, comme nous l’avons fait pour les chiens, à farfouiller sur la toile pour mesurer la nature de ce ressenti.

    Dès le premier site consulté, chat’chatte, le ton était donné. Sur ce site une chatte n’y retrouverait pas ses petits s’il n’y avait pas la magie des algorithmes. C’est fou la variété des espèces de chats qui existe sur la planète. Nous y avons retrouvé, grâce au mot clef de Kermouster,  quelques silhouettes familières du hameau.

    Nous avons ainsi pu constater que les  chats des voisins ont participé à un large forum. Sont-ce ceux qui sont venus, dès potron-minet, manifester leur mécontentement sous nos fenêtres ? La nuit, dicton bien connu, tous les chats sont gris. Mais qu’importe, ceux que nous avons repérés sur ce blog qui leur est dédié,  ont le mérite d’être de bons porte-parole. Voici ce qu’ils avaient à dire, à nous dire. Comme vous allez le constater à travers ces captures d’écran , ce n’est pas que du pipi de chat !

     

    Huangdi , Pékin 17/02/2018, 00h01

     

    Il est tout juste minuit passé. C’est fou le bruit qu’il y a autour de la Cité interdite. Tout ça, parce que c’est l’année du Chien. Quel pays ! Il serait temps qu’il fasse sa révolution culturelle. Moi Huangdi (l’Empereur, pour nos amis français) je veux bien faire la fête, mais quand le Parti Communiste aura réussi à nous trouver une place dans le calendrier chinois. Ça serait pas mal s’il nous laissait « dévorer » le rat.

     

    Thuoc Pien HanoÏ 17/02/2018, 06h28

     

    Oui à l’internationale des chats, mais Huangdi fais toi le porte parole de la sagesse ! Ce n’est pas parce que, nous, nous avons notre place dans le calendrier vietnamien qu’il faut que toi et tes compères ayez l’idée de vous exiler. Ok ! Pour une visite entre copains, mais pas d’exode massif. Autant que tu le saches ici, ce n’est pas comme en Inde. Là-bas, la vache est sacrée. Mais ici, même si nous sommes fêtés comme il se doit, on peut, comme les chiens, passer à la casserole.

     

    Tennis de Kermouster, 17/02/2018, 08 h04

     

    Je suis d’accord ! J’applaudis des deux pattes avant la suggestion de Huangdi de Pékin. Le rat n’a pas sa place. Si dans le calendrier vietnamien, le chat a remplacé le lièvre, je considère que c’est  injuste pour notre ami aux longues oreilles. Il aurait fallu  plutôt « supprimer » le rat. Cela dit, même si les Viets nous honorent il ne faut pas oublier, comme tu le laisses entendre Thuoc Pien, qu’ils apprécient autant le chat que le rat dans leurs assiettes. Si jamais j’entends mes maîtres parler d’un voyage au Vietnam, désolé  mais je ne te rendrai pas visite. Viens chez nous en Bretagne ! Même avec ton chien !

     

    Minou de Kermouster, 17/02/2018, 10h07

     

    C’est toujours la même chose. Les chiens ont la fâcheuse habitude de tirer la couverture à eux. Le pire, c’est que leurs maîtres ne trouvent rien à redire, en tout cas ceux qui ne veulent pas de chats chez eux. Cela dit, mieux vaut être franc, il n’est pas certain que j’aimerais partager la mienne avec un chien. En tout cas,  je suis d’accord avec mon voisin Tennis. Mieux vaut rester chez nous, quitte à inviter les cousins d’Asie.

     

     

    Grisette, de la Presqu’île sauvage, 17/02/2018, 14h33

     

    Je partage en partie votre avis les amis. OK ! Les Chinois ne nous font pas l’honneur de nous apprécier. Mais les scribouillards des « canards » oublient un peu vite que les Vietnamiens sont autrement plus délicats. Ils nous ont fait une place dans leur calendrier. Si cette année encore il nous faut nous soumettre au chien, vivement le 22 janvier 2023. Pour le Têt, leur Nouvel An, nous serons au haut de l’affiche. Cela dit, un chien à la maison, cela m’éviterait d’avoir à monter la garde sur le pas de porte. Aujourd’hui, ça va, il fait beau, mais ce n’est pas tous les jours la même chose. Et puis, le paillasson n’a pas la douceur des fauteuils du salon.

     

     

    Gavroche  Paris, 13ème arrondissemnt, 17/02/2018, 14h46

     

    He ! Oh ! Gristte ! As-tu oubliée d’où tu viens ! Ok ! Toi tu ne devais pas chercher la gouttière pour ronronner. De quoi te plains tu ? Il n'a pas l’air mal ce paillasson de Kermouster. Je te l’accorde Minou, ton voisin, est, quant à lui comme un coq en pâte. Un véritable aristochat ! Un vrai "pachat". Monsieur a droit à des couvertures. On ne s’en fait pas à la campagne. J’ai l’impression que dans votre bled du bout du monde on vous soigne aux petits oignons. Ici, ça devient galère. Pas moyen de roupiller tranquille depuis ce matin passé minuit. Et ça va durer pas mal de temps! Comme tu le sais, le 13ème, c'est la Chine en réduction. Alors le Nouvel An chinois, on s'en donne à coeur joie. Dès ce lundi 19 février jusqu'au 3 mars , il va y avoir du spectacle dans la rue. Dimanche 25, on va avoir droit à un grand défilé. Même vu d'en haut, boules Quies obligatoires pour pouvoir roupiller.

     

     

    Gustave de Kermouster, 17/02/2018, 18 h01

     

    Salut Tennis! Je reprends la balle au bond. Un peu tardivement, mais après une  journée de boulot comme tu peux le voir. Ce n’est pas un chien qui pourrait rester cinq heures durant à protéger le jardin de ses maîtres. Même un chien de chasse !

     OK ! Ce vendredi aurait dû être chômé. Mais, le travail n’attend pas. Peut-être que ce soir, j’aurai droit à une double ration dans ma gamelle. Quoi qu’il en soit, je retiens l’info. En 2023, ce n’est pas au Vietnam qu’il faudra aller fêter l’année du chat. A ce propos, les chiens devraient eux aussi faire gaffe à ne pas y mettre les pieds. La cynophagie, pas sûr qu’ils connaissent. C’est ce qui caractérise les mangeurs de chien. Il n’y a pas que nous à avoir la faveur des Vietnamiens. A leur place j’éviterai de donner dans la condescendance. Les Chinois raffolent également de leur chair.

     

    Famille Samuraï, Bangkok, 17/02/2018, 24 h

     

    Salut Gustave ! Ici il est juste minuit. Le jour du Nouvel An est terminé. On t’envoie, ainsi qu’à tes amis de Kermouster, une photo de nos rejetons ! Pour nous, point de taupes à l’horizon. Nos maîtres se sont installés à Bangkok  et nous vivons dans un bel appartement. Avec tout le confort nécessaire pour pouvoir se reproduire en toute tranquillité, comme tu peux le constater. Sont-ils pas mignons nos chatons ? On leur a donné un surnom : les 7 samouraïs.? Ça coulait de source ! Sympa, la photo que Thuoc Phien a mise en ligne. Ici, non plus, on ne craint pas les chiens. D’ailleurs, faut-il les craindre ?  Une précision que Thuoc Phien ne t’a pas donnée : son nom se traduit en Français par Opium. Tout un programme!


  • Commentaires

    1
    Vendredi 23 Février à 18:04

    Je trouve "chat" sympa (chat vaut bien LU)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :