• Aprés Ana et avant Carmen, Bruno est passé par ici

    Aprés Ana et avant Carmen, Bruno est passé par ici

    « Mon beau sapin, Roi des forêts »  Ce mercredi 27 décembre, au petit matin, au cœur du hameau, le roi avait piètre allure. Il était tout de guingois et sa couronne de guirlandes ne tenait plus sur ses branches que par un fil. Il avait fortement vacillé sur son socle, mais  réussi, tout au long de la nuit, à résister aux coups de boutoir de Bruno, ce coup de vent aux allures de tempête qui vient de souffler sur les trois façades maritimes.

    Bien que faiblissant en Manche, il soufflait toujours avec force en milieu d’après-midi. Curieusement la baie de Pommelin avait alors les allures d’un lagon. Pas une ride sur l’eau. Alors que, tout au loin, nous pouvions, soleil aidant,  distinguer l’écume des vagues venant se briser sur le cordon rocheux du Talbert. Ce Sillon c’est en quelque sorte notre barrière de corail. 

    Bruno ? Vous êtes supposés tout savoir sur le pourquoi de ce nom. Ce ne sont pas les informations qui ont manqué ces dernières heures. Juste un rappel. Jusqu’à voici peu, c’était l’Université libre de Berlin qui avait la main sur la nomenclature des cyclones et des tempêtes. Et ce depuis 1954, une jeune étudiante ayant fait alors savoir qu’en donnant un nom aux dépressions on sensibiliserait mieux le grand public aux risques inhérents à ces sautes d’humeur. Depuis ce 1er décembre 2017 les services météorologiques de l’Espagne, du Portugal et de Météo France nomment conjointement les tempêtes susceptibles de toucher les trois pays. Ils prennent ainsi le sillage du Met Office du Royaume Uni et de son homologue irlandais Met Eiréeann, lesquels ont introduit leur propre nomenclature après la tempête Christian d’octobre  2013, tempête qu’ils ont alors baptisée Saint Jude.

    Bizarre ! Bizarre quand même ! Le besoin d’Europe commencerait-il à faire défaut dans la stratosphère. C’est pourtant au-dessus de nos têtes, si on fait abstraction de quelques Fantomas de la pire espèce, que la coopération internationale fait souffler l’espoir d’une entente cordiale universelle. Pourquoi ne pas avoir laissé à Berlin le soin de donner le la ?  

    Le 13 février dernier, alors que la navette spatiale passait au-dessus de la Presqu’île Sauvage, nous avions souligné tout le bien que nous pensions de cette collaboration internationale. Ayant eu la chance de trouver au pied du sapin le superbe livre Terre(s), album regroupant les meilleures photos de la Terre prises par le spationaute français Thomas Pesquet, notre conviction que là est la voie d’un avenir commun s’en est trouvée renforcée. Superbe cadeau du Père Noël ! Un ouvrage qui vous oblige à prendre de la hauteur de vue. Les tempêtes se fichent  pas mal des frontières. Elles sont notre lot commun. Faisons face ensemble !

    Le prochain coup de vent aura pour nom Carmen. Un prénom féminin puisque nous entrons dans une année paire. On nous l’annonce pour ce 1er janvier de la nouvelle année. Après  Ana (Yves pour l’université de Berlin)  des 11 et 12 décembre et Bruno, ce sera le troisième coup de tabac en l’espace de moins d’un mois. Est-ce que cela sera suffisant pour décourager les Hirondelles de mer de Kermouster d’aller fêter le nouvel an les pieds dans l’eau ?  L’avenir (proche) le dira. Espérons que ce nouveau coup de vent ne va pas réduire à néant le travail qu’ont effectué ce jeudi les services techniques municipaux pour empêcher le grand sapin enguirlandé de se mélanger le peu de racines qu'il lui reste dans un flamenco destructeur ! Espérons également que les arbres environnants n’auront pas d’autres branches à pleurer que celle qui aura pendouillé plusieurs heures durant à l’amorce de la descente de l’île à bois ! Espérons ! Espérons ! La nuit de la Saint-Sylvestre est par nature chargée d’espoirs.

    Mais que tout cela ne vous empêche pas de chanter en cœur :

     Vive le vent, vive le vent 

    Vive le vent d'hiver 

    Qui s'en va sifflant, soufflant 

    Dans les grands sapins verts 

    Aprés Ana et avant Carmen, Bruno est passé par ici

     

    Aprés Ana et avant Carmen, Bruno est passé par ici

    Aprés Ana et avant Carmen, Bruno est passé par ici

    Aprés Ana et avant Carmen, Bruno est passé par ici


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :