• Adrien Tournier: altiste et artiste peintre

    Adrien Tournier: altiste et artiste peintre

    Comme l’an passé, à pareille époque, c’est Adrien Tournier qui a ouvert « le bal des expos ». Une deuxième escale à Kermouster (Chronique du 18 avril 2017) pour ce peintre adepte de l’aquarelle. Un artiste qui excelle par ailleurs dans l’art de faire vibrer les cordes de son violon alto. Adrien Tournier joue au sein de l’Orchestre régional de Normandie. Le pinceau complète aujourd’hui l’archet, mais celui-ci reste toujours à portée de main. Même quand l’artiste peintre se décide à accrocher ses créations aux cimaises.

    A ces deux passions s’ajoute une troisième : la pratique de la voile. Un intermède ô combien salutaire pour ce musicien professionnel qui compte à son actif pas moins de trois cents concerts par an, dont certains en soliste. La partition du grand air du large a ses vertus.

    La pratique de la voile, procure aussi  au peintre ne source inépuisable d’inspiration. Adrien Tournier sait composer depuis fort longtemps avec le rythme des marées, puisque c’est à Lanmodez, où demeure son père, ex contrebassiste de l’Orchestre symphonique de Radio France, qu’il passe la plupart de ses vacances. A Pors Guyon plus précisément.

    Depuis l’année dernière, Adrien Tournier n’a pas viré de bord. Hormis une « escapade » du côté du raz de Sein, cette deuxième exposition était à nouveau entièrement consacrée à des paysages marins qui sont familiers aux gens d’ici. Il faut un indéniable talent pour donner vie au mouvement des vagues.

    C’est en découvrant les fusains, les lavis et aquarelles de Louis Marie Faudacq (1840-1916) lors d’expositions à La Roche Jagu et à Tréguier qu’Adrien Tournier s’est lancé dans l’aventure. A l’école on lui disait qu’il ne savait pas dessiner. Il nous prouve désormais le contraire.

    Une dizaine de tableaux ont suffi à créer l’harmonie. Une belle première pour cette nouvelle saison. Ponctuée, qui plus est, par un impromptu musical.

    Comment résister, en effet, à la suggestion d’un père qui ne demande qu’à faire chanter sa contrebasse ? C’est ainsi qu’est née l’idée d’organiser un mini concert pour clôturer ces quatre jours de présence dans le hameau. Décision prise, quarante huit  heures avant la tombée du rideau,

    Le bouche à oreille aura suffi à donner à cet impromptu musical son public. Au programme : le Duo pour alto et contrebasse de Karl von Dittersdorf. Adrien et Dominique Tournier nous ont, ainsi, fait découvrir un compositeur qui aura eu l’honneur de jouer avec Mozart au sein d’un quatuor.

     Dans un duo, chacun à son mot à dire. L’alto exprime sa suavité. La contrebasse donne de la profondeur. Ce fut un moment d’excellence. Entre l’altiste et le contrebassiste, une demi heure de dialogue.. Mais pas besoin d’avoir l’oreille absolue pour saisir celui qui s’est alors instauré entre le père et le fils. En nous invitant à découvrir ce duo, ils se sont offert un vrai moment de partage.

     

    Adrien Tournier: altiste et artiste peintre


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :